Accueil - Toute l’actualité - ACT FOR KIDS - Actions Environnementales - En 2025, 100% du coton utilisé par les marques d’ÏDKIDS sera issu et tracé de sources plus responsables
En 2025, 100% du coton utilisé par les marques d’ÏDKIDS sera issu et tracé de sources plus responsables

Matière préférée des mamans pour les vêtements de leurs enfants, le coton est également la principale fibre utilisée pour les collection Okaïdi comme Jacadi. Mais sa culture conventionnelle est particulièrement polluante. C’est pourquoi ÏDKIDS travaille depuis 2016 au sourcing de matières plus responsables. Focus sur le coton « bio », plus exactement, le coton issu de l’agriculture organique.

La culture conventionnelle du coton étant très polluante et consommatrice d’eau. Dès 2016, ÏDKIDS s’est posé comme objectif qu’en 2025, 100% du coton utilisé dans ses collections textiles soient issus et tracés de sources plus responsables, c’est-à-dire

  1. que l’origine du coton sera connue
  2. sa production sera meilleure pour l’environnement
  3. et plus respectueuse des conditions de travail.

Quelle est l’ ambition des marques d’ÏDKIDS en matière de coton issu de l’agriculture biologique ?

 « Après une phase de test avec des fournisseurs clés qui nous a permis de mesurer la faisabilité de ce sourcing et d’identifier les points de vigilance, nous renforçons aujourd’hui notre ambition concernant Okaïdi, la marque de la communauté qui représente les plus gros volumes de coton utilisés, explique Séverine Mareels, directrice RSE. A l’horizon 2025, nous voulons que 100% des produits Okaïdi soient fabriqués à partir de fibre de coton issue de l’agriculture biologique et / ou de coton recyclé. »

« Pour Jacadi, dont les progrès sont plus complexes car les volumes plus petits, nous avons lancé des tests pour cet été 2019 sur 5 références garçon, explique Salma Abaoubida, ingénieure qualité Jacadi. Nous aurons 16% des quantités achetées sur l’hiver 2019 en coton organique et visons 20% pour la collection été 2020. »

Pourquoi est-ce important ?

« La responsabilité environnementale et sociétale constituent les piliers de la politique RSE des marques d’ÏDKIDS : la RHESSEME.

 » C’est d’abord au cœur de notre métier, par l’éco-conception de nos produits et la responsabilité sociale tout au long de la chaîne de fabrication, que nous devons agir. « 

Et cela commence par le choix de matières premières plus respectueuses de l’environnement et des hommes qui les produisent. » ajoute Séverine Mareels.

Quel est l’intérêt d’opter pour le coton issu de l’agriculture biologique ?

  • Le coton issu de l’agriculture biologique est un coton sans OGM et sans substance toxique nocive pour l’homme.
  • Sa culture est moins polluante.
  • Elle permet de maintenir voire d’améliorer la fertilité des sols et d’augmenter la biodiversité.
  • Elle est génératrice de meilleurs revenus pour les petits producteurs, dont les rapports avec les acheteurs sont plus étroits.
  • Sa traçabilité, de la fibre au produit fini, est garantie.
  • Enfin, les labels de certification du coton dit « organiques » sont plus impactants et reconnus par les consommateurs.

Quels sont ces labels ?

Les marques d’ÏDKIDS travaillent essentiellement avec 2 labels de certifications :

GOTS (Global organic textile standard),

  • 95% minimum du coton utilisé est organique (les 5% restant étant des fibres telles que l’élasthanne, le polyester jamais  un autre coton conventionnel).
  • Les produits chimiques utilisés tout au long du process de fabrication du produit (filature, tissage, teinture, confection…) sont conformes au standard GOTS
  • Tous les acteurs de la transformation du coton brut en produit fini ont fait l’objet d’un audit social et sont conformes au standard GOTS  
  • Tous les acteurs de la transformation du coton brut jusqu’au produit fini ont fait l’objet d’un audit environnemental et son conformes au standard GOTS
  • Même les accessoires (boutons, pressions, zip…) sont conformes au standard GOTS.

OCS 100 (Organic content standard)

  • 95% minimum du coton utilisé est organique (les 5% restant étant des fibres telles que l’élasthanne, le polyester, jamais un autre coton conventionnel).
  • Pas de contrôle sur les produits chimiques
  • Pas d’audit social des acteurs de la chaîne de production

Quels défis avons-nous à relever ?

Plus exigeante, la fabrication à partir de coton issu de l’agriculture biologique nécessite :

  • De mettre en place des partenariats de long terme avec nos fournisseurs historiques. Les marques d’ÏDKIDS sont bien là dans leur rôle de propagateur de pratiques plus vertueuses pour l’Homme et la planète. Jacadi vient ainsi de permettre à 2 fournisseurs vietnamiens d’obtenir l’accréditation « coton issu de l’agriculture biologique ».
  • D’ identifier de nouveaux fournisseurs conformes à la fois aux standards de ces labels et aux grades de qualité, style et prix des marques d’ÏDKIDS. « Pour Obaïbi, nous sommes à date assez avancés concernant les produits en maille (bodys, tee-shirts) mais devons encore identifier des fournisseurs de produits en chaîne et trame et maille tricot, explique Stéphanie Delesalle, directrice de marché. »
  • De relayer par une communication juste, rigoureuse et pédagogique auprès de nos clients ces efforts et leur impact pour l’Homme et la planète.
  • D’ opter en complément, progressivement, pour des process plus vertueux sur l’ensemble des étapes de la fabrication. Par exemple en identifiant des techniques de teinture ou de délavage de jean moins polluantes.   

Et demain ?

« Nous complétons ces transformations industrielles par une démarche de R&D. Nous avons lancé en avril 2018 avec le CETI (Centre Européen des Textiles Innovants) un chantier d’innovation autour du coton recyclé.

Ce projet vise à obtenir, à partir du recyclage de vêtements usagés en coton (les tee-shirts rapportés dans les Love Bag, par exemple), un fil conforme aux standards qualitatifs et économiques d’Okaïdi.

Notre ambition : créer un circuit d’économie circulaire autour du coton afin de réduire encore l’impact environnemental de cette matière première en évitant d’avoir à puiser à nouveau dans les ressources naturelles. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles pourraient vous intéresser