Accueil - Toute l’actualité - HOMME & CULTURE - A la rencontre des collaborateurs Okaïdi à l’international !
A la rencontre des collaborateurs Okaïdi à l’international !

La communauté ÏDKIDS cherche sans cesse à recruter de nouveaux talents et propose de nombreux postes à l’étranger pour ceux qui souhaitent tenter l’aventure !  Découvrez les parcours de Sébastien, directeur Pays au Canada, Thomas, directeur Retail en Chine et Timothée, Area manager à l’international.

Avec plus de 1100 points de vente dans plus de 60 pays, le groupe ÏDKIDS et ses 10 marques, Okaïdi, Obaïbi, Jacadi, Oxybul – Eveil et jeux … est devenu un acteur incontournable de l’enfant dans le monde. Avec 6 000 collaborateurs présents dans 70 pays, ÏDKIDS réalise un chiffre d’affaires de 779 millions d’euros dont 8.7 % sur Internet.

  • Sébastien, directeur Pays au Canada

« Je suis diplômé d’école supérieure de commerce et je travaille depuis près de 20 ans dans le commerce et le management qui ont été, dès le départ, les domaines dans lesquels je souhaitais m’investir et développer une expertise. J’ai d’abord exercé pour un grand groupe de distribution français sur la partie textile avant de passer dans le prêt-à-porter féminin puis au sein du groupe ÏDKIDS.

Chez Okaïdi, aucune journée ne ressemble à une autre car elle est rythmée par les signaux que nous envoient nos collaborateurs et nos clients. Certains sujets sont cependant incontournables. On peut les regrouper en trois domaines : l’humain, le commerce et la gestion. L’humain parce que recruter, former et mettre en action des personnes généreuses, énergiques et passionnées par le service du client est certainement l’aspect le plus important de notre métier. Pour le commerce, cela passe évidemment par des savoir-faire nombreux et variés liés à la vie d’un magasin : relation client, vente, merchandising, gestion opérationnelle… Le déroulement d’une journée dépend également de toute l’animation commerciale du réseau : plan des opérations commerciales, politique de prix, évènements marketing…. Enfin l’aspect de la gestion est très important. Il consiste globalement à piloter les indicateurs financiers d’où découlent les résultats de la filiale et du pays et les capacités d’investissement à venir. S’ajoutent à cet aspect la stratégie moyen-long terme du pays (quelles ambitions, quels ratios clés et quelle capacité contributive) en lien avec le plan de développement (combien de magasins, où, quand …) et le plan de structuration de la filiale (quelles compétences clés, quand, qui …).

De nombreuses possibilités d’évolutions

Chez Okaïdi, les possibilités d’évolution sont multiples car notre groupe grandit à la fois en intégrant de nouvelles marques et en démarrant des activités dans de nouveaux pays. Cela fait bientôt 10 ans que je travaille chez ÏDKIDS et c’est déjà mon quatrième métier dans le groupe ! J’ai été recruté comme directeur régional et je termine actuellement une mission de directeur pays au Canada.  A chaque fois c’est l’occasion pour moi de constituer et rejoindre une nouvelle équipe pour nous mettre collectivement au service de la mission et des ambitions du groupe, avec de nouvelles compétences à intégrer, des innovations à imaginer et des risques à prendre pour faire progresser l’ensemble. Okaïdi, c’est un environnement riche de personnes expertes dans leurs métiers et passionnées par un projet commun qui nécessite de faire réussir toutes nos marques et nos collaborateurs, partout. Ce projet s’accompagne d’une culture managériale qui place l’homme en son centre et considère l’économique comme étant à son service. Cela nous incite chaque jour à être performants ».

  • Thomas, directeur Retail en Chine

« Après une formation en école de commerce, j’ai fait du contrôle de gestion dans le secteur de la finance avant d’intégrer le groupe ÏDKIDS en tant que directeur de région dans le sud de la France. Avec ma famille, nous souhaitions depuis longtemps vivre une aventure à l’étranger : nous sommes en Chine depuis 10 mois ! L’aventure professionnelle et familiale est très enrichissante et donne envie de continuer.

Pas de journée type

La beauté de ce métier c’est qu’il n’y a pas de journée type : nous nous ajustons en permanence. Chaque lundi, j’analyse les performances de la semaine avec mes équipes. Nous décidons des opérations à venir, déterminons l’enjeu de la semaine, le message clé à délivrer à nos magasins … Le reste de la semaine est consacré aux visites des magasins du pays.

Quel que soit le point de vente, notre objectif est le même : répondre positivement au client en tenant compte du pays, de la région et du canal utilisé. Pour faire ce métier, il faut aimer les gens, c’est indispensable. Si on n’a pas cet amour du client et cette volonté d’aller à sa rencontre, cela ne peut pas fonctionner. Il faut aussi être en perpétuel mouvement pour piloter un projet à l’autre bout du monde : pour réserver l’ADN de notre marque tout en l’insérant dans la culture du pays. Les trois valeurs fondatrices du groupe ÏDKIDS sont très importantes pour nous : respect, partage et progrès. Nous les vivons au quotidien. Comment pouvons-nous agir pour laisser demain à nos enfants un monde meilleur ? Voilà ce qui nous anime ! A notre échelle, nous travaillons chaque jour dans ce but : nous efforçons, par exemple, de concevoir des produits dont le style et la qualité sont durables, nous développons des matières plus écologiques et socialement responsables, nous mobilisons nos partenaires et fournisseurs et nous sensibilisons régulièrement nos clients, petits et grands, aux sujets clés de la protection de l’enfant, de ses droits et de son environnement. Parce que c’est ensemble, nous en sommes persuadés, que nous serons efficaces ».

  • Timothée, Area manager à l’international

« Après une formation en école de gestion à Lille, j’ai travaillé chez Décathlon avant de me lancer dans le marketing sportif à travers un projet entrepreneurial. J’ai ensuite intégré Natures et découvertes en tant que directeur de magasin avant d’arriver chez Okaïdi il y a huit ans en tant que directeur régional en région parisienne. Après diverses expériences, je suis désormais Area manager à l’international. Je travaille avec Chypre, Malte, Israël, la Grèce, ou encore l’Egypte. Ce qui est intéressant dans mon métier c’est qu’il n’y a effectivement pas de journée type. Celle-ci se cale en fonction de l’activité : soit au siège, où je prépare mes déplacements et travaille sur des sujets transverses, soit sur le terrain. Je me déplace une à deux fois par mois, l’idée étant de faire deux visites par pays et par an. Sur place, je visite nos magasins avec nos partenaires, nous les accompagnons sur le merchandising, les ouvertures de magasins etc…

Les valeurs du groupe sont fondamentales pour moi. Nous devons les incarner et les transmettre au quotidien. Nous travaillons avec des partenaires d’un autre pays qui n’a pas la même histoire, les mêmes valeurs, la même culture. Nous tenons compte de ces éléments tout en insufflant nos valeurs fondamentales.

Quatre métiers différents en huit ans

J’ai fait quatre métiers différents en huit ans, preuve qu’on peut facilement évoluer au sein du groupe. Il y a d’ailleurs de nombreux exemples de ce type au siège. On peut passer de succursales à partenaires ou de France à international :  tout dépend de ce que l’on souhaite faire. Il n’y a pas de voie tracée : le métier que je fais demain n’existe pas encore, c’est une vraie richesse. La porte est ouverte : à vous décrire votre avenir ! Quand on s’investit dans un métier qu’on aime, on peut déplacer des montagnes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles pourraient vous intéresser