Accueil - Toute l’actualité - FONDS DE DOTATION - Education et Ouverture à la culture - Mini Don : c’est parti pour la campagne Oxybul 2019 !
Mini Don : c’est parti pour la campagne Oxybul 2019 !

DU 2 AU 22 AVRIL LES CLIENTS D’OXYBUL-EVEIL ET JEUX SONT INVITÉS À ARRONDIR LE MONTANT DE LEUR ACHAT LORS DE LEUR PASSAGE EN CAISSE POUR SOUTENIR L’ASSOCIATION ARTS ET DEVELOPPEMENT

En 2018, nos clients avaient offert près de 25 000 Mini Dons pour un montant total de plus de 6000 euros dans le cadre de la première campagne. Oxybul – Eveil et jeux renouvelle ce mois-ci l’opération au profit d’Arts et développement.

Depuis 29 ans, cette association intervient dans les quartiers prioritaires en mettant en œuvre, dans la rue, des ateliers de pratique artistique, gratuits et en libre adhésion. Dans chaque quartier, chaque semaine, un artiste, des animateurs et des bénévoles accueillent les enfants en pied d’immeuble pour un temps de création partagée. Rencontre avec Anna Benedetti, chef de projets Arts et développement :

« Le Mini Don va nous permettre de soutenir l’un de nos ateliers : celui du quartier du Benza dans le Xème arrondissement de Marseille. Nous y avons petit à petit instauré un rendez-vous en installant chaque mercredi, à la même heure, au même endroit, tout le matériel nécessaire à la création : une grande bâche au sol, 5 animateurs, et c’est parti ! Pinceaux, peinture, bassine, crayons… : nous prêtons aux enfants qui le souhaitent tout ce qu’il faut pour créer.

Au sein de l’équipe est toujours présent un artiste qui, tout en laissant libre court à la création des participants, dynamise l’atelier en donnant un fil rouge : un projet qui permet d’aboutir à la création d’une œuvre collective. C’est une forme de résidence d’artiste en pieds d’immeuble ! Chaque artiste accompagne ainsi en moyenne durant deux ans le même territoire : une véritable création participative pour eux également.

En ce moment, l’artiste Laetitia CONTI fait travailler les participants autour de la mémoire du quartier à partir de cyanotypes. Les enfants adorent car il s’agit de positionner des objets sur des feuilles dotées d’un produit photosensible : comme par magie, c’est la lumière qui crée les motifs. 20 enfants sont présents chaque semaine, et ils peuvent être jusqu’à 60. En 2018, sur ce quartier seulement, plus de 200 enfants ont ainsi pu participer à l’atelier. Le Mini Don nous permettra peut-être aussi de continuer à essaimer en formant d’autres opérateurs. »

Pour compléter les ateliers, des temps d’exposition, au sein et au-delà des quartiers, valorisent le fruit de la rencontre entre la créativité des enfants et celle des artistes. Des visites culturelles nourrissent la démarche afin d’accompagner les premiers pas de ces publics éloignés de la culture au sein des lieux qui la diffusent.


« Pour Arts et Développement, l’art est bien plus que l’apprentissage d’une pratique. C’est un vecteur d’autonomie, de culture, de citoyenneté et de partage. »

Une conviction partagée par Oxybul et 100% alignée avec sa mission : éveiller et développer les talents de chaque enfant.

L’association essaime également son savoir-faire auprès des centres sociaux en leur proposant de s’approprier cet outil mobile de médiation sociale. Résultat : le réseau des ateliers de rue Arts et Développement se déploie aujourd’hui dans 39 quartiers prioritaires, dont 19 à Marseille, auxquels participent chaque année plus de 9 000 enfants. Et peut-être bientôt dans toute la France grâce au Mini Don Oxybul…

Plus d’informations sur  www.artsetdeveloppement.com

Marie-Alice FONTANA, pilote régionale pour ÏDKIDS, est marraine de l’association Arts et développement depuis 2017. Elle raconte :

« J’ai eu la chance de vivre une journée sur le terrain avec toute l’association en mai 2017. Nous avions en effet organisé une journée RHESSEME avec l’ensemble des responsables de magasins de la région provençale. Nous étions plus de 20 pour accompagner une visite de tous les enfants du quartier du Benza au palais de la Méditerranée. J’ai été vraiment émue par les connaissances de certains enfants : grâce aux ateliers et au formidable travail des artistes de l’association tout au long de l’année, certains en savaient plus que nombre d’adultes en matière artistique ! Et le plaisir était partagé : une petite fille m’a même offert en fin de journée un bracelet pour me remercier de cette belle journée passée tous ensemble. Je ne l’oublierai jamais ! J’ai donc accepté avec plaisir de devenir marraine de l’association pour poursuivre ce partenariat. Nous avons ainsi pu contribuer au financement de l’atelier du Benza l’année d’après.

Et puis j’essaie aussi d’essaimer : j’ai embarqué depuis d’autres pilotes, en leur racontant cette expérience pour leur donner envie de s’investir à leur tour. Comme c’est pour faire de belles choses et aider les autres, on parvient sans mal à donner un petit peu de notre temps. Fin avril, je vais assister à un atelier au Benza et compte bien rapporter un petit reportage pour faire connaître cette démarche. J’emmène d’ailleurs deux autres collaboratrices. Mon prochain challenge : parvenir à mettre en place une collecte interne de matériel créatif : j’espère qu’on y arrivera et qu’on pourra leur offrir des kilos de peintures et de feutres ! »

Ces articles pourraient vous intéresser